Balat inhoudstafel Dictionnaire des peintres belges

Biographie d'artiste


DE VOS, Cornelis

Hulst, 1584/1585 - Anvers, 1651
Peintre de portraits, d'histoire et de scènes de genre; marchand d'art. Ses parents, le distillateur Jan de Vos et Elisabeth van den Broeck, émigrèrent à Anvers en 1596 avec leur famille. Trois ans plus tard, Cornelis de Vos entrait en apprentissage chez un peintre de peu d'importance qui était aussi doreur, David Remeeus. Les deux frères cadets de Cornelis suivirent la même voie : Jan en 1601 et Paul en 1605. Déjà en 1604 Cornelis De Vos avait été fait compagnon dans l'atelier en question et, le 29 avril de la même année, il demandait aux autorités anversoises un passeport pour la France où il désirait accomplir un voyage d'affaires. On ne sait combien de temps il demeura à l'étranger mais en 1608 il se trouvait à Anvers où il était reçu maître à la gilde de Saint-Luc. Le mariage de sa sœur Margaretha avec le peintre animalier F. Snijders en 1611 est significatif de la situation de De Vos dans le milieu artistique anversois. Ce n'est que le 23 septembre 1616 qu'il acquit le droit de bourgeoisie, en tant que marchand et non en qualité de peintre. Le 27 mai 1617 il épousa Susanna Cock, une demi-sœur du paysagiste J. Wildens. Vers la même époque, tout comme P.P. Rubens, J. Jordaens et A. van Dyck, De Vos contribua à l'exécution du cycle du Rosaire pour l'église Saint-Paul à Anvers. Au début de 1619, De Vos sollicita des autorités municipales le droit de visiter le marché de Saint-Germain à Paris. La même année, il fut nommé doyen de la gilde anversoise de Saint-Luc. Au cours de 1623, à plusieurs reprises, il est mentionné dans des documents officiels en qualité de "marchand de tableaux". Son activité commerciale ne l'empêcha cependant pas, vers le milieu des années vingt, de se faire un nom à Anvers en tant qu'artiste. Outre des portraits, il peignait des tableaux d'histoire et des scènes de genre. Signe de l'élargissement de sa clientèle, en 1627, il livre six portraits royaux en partie réalisés par son atelier et destinés à l'Espagne. Fin 1634, la municipalité d'Anvers propose à De Vos et à Jordaens de réaliser la décoration de l'"Arc de Philippe", un des arcs de triomphe qui devaient être dressés entre le Meir et la Huidevetterstraat, en 1635, à l'occasion de la Joyeuse Entrée du cardinal infant Ferdinand. Il incombait à De Vos de peindre huit portraits princiers dont Rubens avait fourni l'esquisse et qu'il retoucherait ensuite. Deux ans plus tard, à peu près, De Vos était engagé comme collaborateur pour la décoration de la Torre de la Parada, le pavillon de chasse de Philippe IV. Sur base des modelli de Rubens, il exécuta trois tableaux mythologiques dont deux ont été conservés : "Le triomphe de Bacchus" (Madrid, Prado) et "La naissance de Vénus" (ibidem). En 1643, il reçut une dernière commande importante : un portrait de groupe des administrateurs de la gilde anversoise des arquebusiers. Le tableau n'a pas été conservé mais l'esquisse à l'huile - actuellement dans une collection privée anglaise - suffit à attester que De Vos a su maintenir, même après 1640, sa réputation de portraitiste d'une maîtrise supérieure. Il est décédé le 5 mai 1651 dans la maison à l'enseigne de "Notre-Dame de la Consolation" qu'il avait acquise en 1630 dans la Kammenstraat à Anvers. Son importance se fonde principalement sur son activité de portraitiste au service de la bourgeoisie anversoise. Il a développé des types de portraits influencés en partie par la tradition aristocratique mais qui, en même temps, correspondaient au goût spécifique d'une clientèle bourgeoise. Cela lui a permis de développer, au plan iconographique et typologique, une forme expressive personnelle en accord avec sa prédilection pour le portrait d'enfant et le portrait de famille monumental.

Rédacteur
Van Der Stighelen, Katlijne
Informations complémentaires
Collections, bibliographie,...

Belgian Art Links and Tools, (c) KIK-IRPA, Brussel, 1999-2011
remarques : balat@kikirpa.be